Thursday, February 24, 2011

The Playing / Le jeu --
Hector de Saint-Denys Garneau


I - Playing

The Playing

Don't bother me I’m very busy

A child is occupied building a village
It’s a city, a country
And who knows
                      Occasionally the universe.

He's playing

Those wooden blocks he moves are houses
                                                                  and castles
That board is a wave of a tilted roof
                                            that doesn’t look bad
It’s no small thing to know where the card-road
                                                      will turn
That might completely change
                           the river's course
Because of the bridge that’s such a fine mirage
                                                                  in the carpet's water
It's easy to plant a big tree
And then create a mountain under it
                                            when one is on high.

Joy of playing! Paradise of freedom!
And above all do not set foot in the room
You never know what could be in that corner
Or whether you're about to squash the most exquisite
                                                                  invisible flowers

There's my toy box
Heaped with words for marvellous
                                                               entwining
Combining     separating     marrying
Periodic sequences of the dance
And further down the bright sparkle of laughter
Once believed missing

A gentle flip
And the star
That carelessly swung
At the end of a too-thin thread of light
Falls into the water and forms ripples.

Who’d dare to doubt the tenderness of his love
But not two cents of respect for established order
For politeness or dear old discipline
A heedlessness
                      and manners that would scandalize one’s elders

He arranges words for you as if they were
                                                                  simple songs
And in his eyes you can read his mischievous pleasure
To see that beneath the words he’s changing everything
And he acts like that with the mountains
As if he owned them.
He’s turning the room upside down
                                            no longer recognizeable
As if it were fun to fool people.

And yet in his left eye when his right one laughs
An other-worldly gravity attaches like a leaf
                                                                  to a tree
As if all this could be of great importance
Could weigh as much in his balance
As Ethiopian tragedy
In that of England.

---
Hector de Saint-Denys Garneau
translated by George J. Dance

[All rights reserved by the translator - use with permission]


Support independent publishing: Buy this book on Lulu.


Le jeu

Ne me dérangez pas je suis profondément occupé

Un enfant est en train de bâtir un village
C'est une ville, un comté
Et qui sait
                      Tantôt l'univers.

Il joue

Ces cubes de bois sont des maisons qu'il déplace
                                                                  et des châteaux
Cette planche beckons of un toit qui penche
                                            ça n'est pas mal à voir
Ce n'est pas peu de savoir où va tourner la route
                                                  de cartes
Ce pourrait changer complètement
                              le cours de la rivière
À cause du pont qui fait un si beau mirage
                                                      dans l'eau du tapis 
C'est facile d'avoir un grand arbre
Et de mettre au-dessous une montagne
                                            pour qu'il soit en haut.

Joie de jouer! paradis des libertés!
Et surtout n'allez pas mettre un pied
                                            dans la chambre
On ne sait jamais ce qui peut être dans ce coin
Et si vous n'allez pas écraser la plus chère
                                                                  des fleurs invisibles

Voilà ma boîte à jouets
Pleine de mots pour faire de merveilleux
                                            enlacements
Les allier séparer marier
Déroulements tantôt de danse
Et tout à l'heure le clair éclat du rire
Qu'on croyait perdu

Une tendre chiquenaude
Et l'étoile
Qui se balançait sans prendre garde
Au bout d'un fil trop ténu de lumière
Tombe dans l'eau et fait des ronds.

De l'amour de la tendresse qui donc oserait en douter
Mais pas deux sous de respect pour l'ordre établi
Et la politesse et cette chère discipline
Une légèreté et des manières à scandaliser les
                                                                  grandes personnes

Il vous arrange les mots comme si c'étaient de
                                            simples chansons
Et dans ses yeux on peut lire son espiègle plaisir
À voir que sous les mots il déplace toutes choses
Et qu'il en agit avec les montagnes
Comme s'il les possédait en propre.
Il met la chambre à l'envers et vraiment l'on
                                                 ne s'y reconnaît plus
Comme si c'était un plaisir de berner les gens.

Et pourtant dans son oeil gauche quand le droit rit
Une gravité de l'autre monde s'attache à la feuille
                                                                  d'un arbre
Comme si cela pouvait avoir une grande importance
Avait autant de poids dans sa balance
Que la guerre d'Éthiopie
Dans celle de l'Angleterre.

---
Hector de Saint-Denys Garneau (1912-1943)
de Regards et jeux dans l'éspace, 1937

[Poem is in the public domain in Canada and the European Union]


Hector de Saint-Denys Garneau biography

No comments:

Post a Comment